Maison passive constructeur

Construire une maison passive

Vision Eco-Habitats recrute !

Vision Eco-habitats recherche un maçon Bancheur-Boiseur confirmé pour intégrer ses équipes de maçons experts dans la construction d'habitats passifs.

Le poste est basé dans le Sud -Est de la France. Cependant de grands déplacements peuvent être demandés. Le salaire, évalué en fonction de vos compétences, comprend les paniers repas et des indemnités de déplacements.

Votre atout principal doit être la rigueur car notre système constructif perfectionné nécessite cette qualité. Votre vivacité et votre esprit d'équipe sont des plus incontestables car notre ambition pour vous, est de vous faire évoluer avec nous.

A Bruxelles et en Wallonie, construire « passif » deviendra bientôt une obligation !

En 2015, toute construction neuve à Bruxelles devra être passive !! En Wallonie, l'obligation prendra acte deux ans plus tard, en 2017. Dès lors, autant s'informer sans plus tarder sur un domaine encore nébuleux pour beaucoup d'entre nous.

L'un est architecte et a fait ses études à Saint-Luc à Bruxelles ; l'autre est ingénieur civil et a usé ses culottes à l'Université Catholique de Louvain. Ensemble, Benoît Vanden Breede et Jean-Paul Janssens ont fondé en 2001 « Responsible Young Architects », une SPRL chargée de promouvoir des projets d'architecture passifs (ou basse énergie). Dans leur bureau de Bruxelles, il leur arrive encore souvent de voir défiler des architectes qui ont besoin de conseils pour se lancer dans ce genre de construction. « Nous sommes un peu les emm… de service car nous les obligeons à augmenter les dépenses, ce qui réduit leur marge bénéficiaire…, sourit Jean-Paul Janssens. Mais dans l'ensemble, ça se passe bien… »

C'est que le concept est encore nouveau dans les mentalités en Belgique. « Il nous a été imposé par les réglementations européennes, explique ainsi notre interlocuteur. Une dynamique est en route, c'est incontestable, et elle oblige tout le monde à aller très vite. Les softwares informatiques se perfectionnent de jour en jour. Et puis, le passif deviendra bientôt une obligation puisque toute nouvelle construction à Bruxelles devra être passive à partir de 2015. Pour la Wallonie, ce sera à partir de 2017. »

Nous y viendrons donc tous un jour mais en attendant de comprendre toutes les subtilités de ces maisons de demain, une bonne information peut s'avérer cruciale. « Dans une maison passive, la ventilation mécanique contrôlée est prépondérante, poursuit Jean-Paul Janssens. Mais elle doit être entretenue. Tous les deux ou trois mois, il y a des filtres à nettoyer en fonction du degré de pollution et de l'endroit où l'on habite sinon une maison passive peut devenir malsaine. Ce n'est pas compliqué à faire mais les gens sont-ils prêts pour ça ? »

Autre critique qui revient souvent lorsqu'on parle de maison passive : puisque la température est régulée en permanence, mieux vaut ne pas ouvrir les fenêtres pour ne pas dérégler tout le système. « On peut continuer à ouvrir les fenêtres mais ça refroidira, ou réchauffera la maison, insiste-t-on chez les jeunes architectes responsables. Le fait est que dans une maison passive, le besoin de les ouvrir ne se fait absolument pas ressentir. C'est un argument finalement plus psychologique qu'autre chose. »

Pour Benoît Vanden Breede comme pour Jean-Paul Janssens, le doute n'est plus permis : nous devons tous construire demain des habitations passives ou très basse énergie. « Le but est de ne plus dépenser d'énergie fossile pour se chauffer, c'est tout de même un concept formidable, vous ne trouvez pas ?, disent-ils en chœur. Ce serait idiot de construire encore de manière traditionnelle car pourquoi se priver d'un logement où le chauffage est inutile, ou presque. Si l'on peut se contenter d'une simple chaufferette pour un appoint de chaleur épisodique, pourquoi refuser ? »

Reste que les coûts d'une maison passive sont plus élevés. Et le portefeuille, c'est encore ce qui motive le plus les candidats bâtisseurs qui ont parfois du mal à se placer dans une réflexion à long terme. « Le passif aujourd'hui ne coûte que 10 à 15 % plus cher, tempère Jean-Paul Janssens. Et cette différence va se réduire avec le temps car les façons dont on construit vont encore fort évoluer. »

Source : lesoir.be

Invitation Salon Passi'bat 2011

La société Vision eco habitats a le plaisir de vous transmettre ses invitations pour venir visiter le salon Passi'bat 2011, qui se déroulera les 14 et 15 décembre 2011 au Parc Floral de Paris, Vincennes (Plan ci-dessous)

Il vous suffit d'imprimer et de remplir cette invitation pour accéder gratuitement au salon.

Nous aurons le plaisir de vous accueillir au stand n° C1. Vision eco habitats animera aussi une conférence sur le thème : "le passif dans le Sud : retour d'expérience" le mercredi 14 décembre de 10h15 à 11h.

Vous pouvez consulter le programme complet des conférences ICI.

Article de MédiaSénart sur la réalisation du prochain bâtiment passif.

Journées "portes ouvertes Maison Passive"

Comme chaque année, à l'initiative de "la maison passive France" certains propriétaires de maison passive vous ouvrent leur porte.
Cet événement sera l'occasion de découvrir le confort des maisons passives, mais aussi de discuter longuement de points techniques, comme l'isolation par l'extérieure, la ventilation double flux, la géothermie, les types de menuiseries, des performances etc...

Bien évidemment la société "Vision Eco Habitats" participera à cette journée, et vous accueillera du vendredi 18 au samedi 19 novembre 2011 à partir de 9h pour visiter sa maison témoin à Carros (1ère maison passive certifiée de la région PACA et 6ième de France).


Visite sur rendez-vous exclusivement, contacter Mr Bailleul : 06.23.88.63.23

La liste de tous les bâtiments participants en France, bientôt disponible....

Reportage France 2 "la Maison Passive sans clim"

Dans le cadre d'un reportage sur les systèmes de climatisation, l'émission "Envoyé Spécial" a choisi l'exemple de la maison passive, comme système alternatif.

L'équipe de reporters est venue tournée sur les lieux de la maison passive de Loury, construction réalisée par "Vision Eco Habitats" en 2009. Le but étant de démontrer qu'il est possible de réaliser des maisons sans chauffage et surtout sans "climatisation".

Le puits canadien est le système naturel de géothermie permettant de tempérer un habitat été comme hiver, sans apport électriques. Évidement pour être efficace, ce système doit être installé dans un habitat bien isoléétanche à l'air, et équipé d'une VMC double flux.

Ce reportage (assez court) sera diffusé ce jeudi 28 juillet à 20h30 sur France 2.

Retour sur la 15ème conférence internationale PassivHaus à Innsbruck

Dernières nouvelles fraiches de "La Maison Passive France", association française représentant le PassivHaus Allemand.

Le passif change d’échelle et c’est en effet des régions que vient la rupture présentée cette année à Innsbruck : le passif ne se cantonne plus au bâtiment individuel, mais se conçoit et se réalise désormais à l’échelle du quartier ! L’équipée française a pu le constater à l’occasion de la visite du village olympique O3 à Innsbruck qui accueillera 1000 jeunes athlètes en 2012. Ce sont 444 logements passifs qui sortent de terre, juste à côté de l’ensemble « Lodenareal », 354 appartements passifs habités.

116 ha de bâtiments passifs

Mais la vitesse supérieure est déjà enclenchée. Lors de la plénière de la Conférence, la ville de Heidelberg a présenté le projet de construction d’une zone de 116 hectares de bâtiments passifs, mêlant résidentiel et tertiaire. Le passif s’est révélé être le niveau de performance énergétique le plus pertinent pour le quartier, mais aussi le deuxième niveau le plus performant du point de vue de l’investissement financier, derrière un scénario « basse consommation ». Ces deux données ont convaincu les décideurs locaux, politiques et financiers, à soutenir ce projet.

Les villes : des acteurs moteurs

Les villes apparaissent donc comme des acteurs moteurs de cette progression dans le développement du passif. A Innsbruck, les bailleurs publics comme Neue Heimat Tirol démontrent la faisabilité et la rentabilité de grands projets résidentiels au standard passif. La ville d’Heidelberg a pris l’initiative de créer des structures financières mixtes en partenariat avec les bailleurs et les banques locales pour solidifier les schémas d’investissement et rassembler les acteurs. Enfin, nos voisins de la ville de Bruxelles ont édicté une loi annonçant que le passif sera le standard de construction neuve en 2015 !

Le soutien à l’investissement par les puissances publiques nécessaire ?

Dans les régions où le passif a décollé, des aides à l’investissement ont souvent été mises en place. La question étant de savoir mesurer l’impact de ces mécanismes de soutien sur la décision d’aller au standard passif et sur la consommation moyenne de la région. Au Vorarlberg en Autriche, des aides financières sont disponibles depuis 15 ans : prêts à taux réduit jusqu’à 800 € / m² et subventions pour l’achat d’équipements, par exemple VMC2F. Résultat, 30% de la construction neuve en 2010 réalisée au standard passif, et une consommation moyenne du parc qui entame une diminution visible.

Le passif s’exporte vers de nouvelles latitudes

L’approche du PHI des nouveaux climats a montré l’apparition de nouvelles contraintes. Il était donc nécessaire de reformuler les critères du passif afin d’obtenir des critères globaux applicables partout sur le globe. L’idée proposée a été d’adapter le besoin de chaleur en fonction de la température extérieure moyenne annuelle. Si la température extérieure moyenne est supérieure à 0°C, 15 kWh/(m².a). Si cette température est inférieure à 0°C, augmentation linéaire jusqu’à 40 kWh/(m².a). L’architecte, avec ces contraintes, a pu élaborer des projets passifs de Dubaï à Ekaterinburg, en passant par Los Angeles. Les limites de faisabilité : 80 cm d’isolant en Russie, gestion de l’humidité de l’air. Intégration des architectures locales.

Comment allier passif et architectures régionales ?

En Autriche les rénovations avec isolation intérieure et extérieure permettent de conserver les structures bois et pierre, avec moellons apparents. Des études ont été menées sur les transferts d’humidité et l’isolation des pierres de taille. En Allemagne les façades de brique sont conservées, avec isolation sandwich. En France, Nobatek a su allier le climat atlantique et la construction bois.

La rénovation passive atteint la maturité

Le retour d’expérience EnerPHit sur des collectifs des années 60 a permis de montrer que la rénovation au standard passif fonctionne et a pris son envol. Quelques exemples de problèmes nouveaux et solutions nouvelles ont ainsi été abordés, comme la rénovation d’une maison datant de 1771 en bureaux passifs ou l’isolation, en rénovation, avec des panneaux sous vide.

Le tertiaire : au menu, piscines et bureautique efficace

L’application du standard passif aux piscines publiques a permis d’observer une réduction effective de l’évaporation et la récupération de la chaleur sur les eaux grises filtrées. Quelques questions ont été soulevées au sujet des piscines privatives, notamment sur le moyen de production de chaleur et de récupération de chaleur. Dans le domaine de la bureautique, le passif a permis de passer de 36% à 14% de consommation d’énergie primaire, des solutions ont été étudiées et mises en place, même pour les serveurs (technologies NAS).

Source : Maison passive France

Vision, constructeur d'un bâtiment tertiaire certifié "PassivHaus"

L'entreprise de gros œuvre "Vision Eco Habitats" est heureuse de vous présenter son projet de construction d'un bâtiment passsif certifié Passivhaus sur la commune de Lieusaint.

Ce bâtiment à usage de bureaux, s'inscrit dans la création d'une ville nouvelle du sud de l'Île-de-France, à cheval sur les départements de Seine-et-Marne et de l'Essonne. Cette zone d'activité appelée "SENART" est représentée par deux syndicats d'agglomération nouvelle.

Le cahier des charges du "Sénart" vise à sensibiliser et orienter les projets de constructions nouvelles, en vu d'obtenir des bâtiments à hautes performances énergétiques.

La future entreprise à s'implanter sur cette zone d'activité, à fait le choix de voir loin, très loin...

Soucieuse de son impact environnementale et des économies d'énergies, elle a choisi le label "Passivhaus" pour ses futurs locaux. Pour cela elle a fait appel à la société "Vision Eco Habitats" pour la création architecturale du projet, l'étude thermique PHPP, la réalisation du gros œuvre, l'étanchéité à l'air et le système de ventilation du bâtiment. Tout ceci afin de garantir les résultats d'un bâtiment passif certifié.

Mais ce n'est pas tout ! Ce bâtiment sera même à énergie Positive, avec 105 m2 de panneaux solaires photovoltaïques, ils couvrirons plus de 175 % des besoins énergétiques.

Au delà des économies d'énergies, pour plus de confort de vie, une domotique intégrera la gestion complète des stores à lamelles orientables extérieurs et le débit de VMC par pièce selon le taux d'occupation.

Les données de consommations et de productions seront retranscrites sur un panneau interactif visible par tous. Un moyen astucieux de sensibiliser les occupants aux économies d'énergies.

Enfin, une belle initiative du secteur privé, qui laisse entrevoir l'avenir des bâtiments performants sur le secteur français de la construction.

La région Poitou-Charentes se met à la très basse consommation

Pour 2011,  la région Poitou-Charentes se lance dans la promotion de la très basse consommation.

Cette initiative s'inscrit dans le projet de "l'Agenda régional pour la conversion sociale et écologique de l'économie et la croissance verte en faveur de l'emploi".

La région souhaite favoriser plus de 1 000 logements à très basse consommation labellisés "Effinergie +". Cela représente 500 logements de particuliers et 500 logements sociaux.

Une preuve encore, que les initiatives locales sont l'avenir des futurs projets prometteurs en matière de logement passifs.