Maison passive constructeur

Construire une maison passive

Aperçu d'un bâtiment Passif au 20h TF1

Immeuble de logement sociaux au standard Passivhaus, ossature bois et isolation botte de paille !

Reportage à voir...

http://videos.tf1.fr/jt-we/ecologique-et-economique-visitez-le-logement-de-demain-7941500.html

Conférence Vision Eco-Habitats au Passi'Bat Paris

Vision Eco-Habitats donnera une conférence lors du Passibat Paris les 4 et 5 décembre 2012 ! En voici le résumé:

Batiment passif à usage tertiaire

contrainte de réalisation et d’utilisation

Les bâtiments résidentiels et tertiaires comptent pour 40% de la consommation d'énergie finale en France (source: Observatoire de l'énergie). Les trois quarts de cette consommation provient du chauffage et de la climatisation de ces bâtiments.

Le standard Passivhaus apporte une solution efficace à la majeure partie des consommations de ces bâtiments, tout en leur donnant un confort de vie très largement supérieur.
Le but de cette contribution est de présenter le travail que nous avons effectué sur un bâtiment tertiaire à usage de bureaux, situé en région Parisienne, conçu au standard passif.

Dans la première partie de cette conférence, nous allons aborder et expliquer les choix techniques qui ont été trouvés afin d’obtenir un bâtiment passif performant dans le climat parisien et dans le respect des normes françaises de construction.

Notre deuxième partie présentera les préoccupations liées à l’utilisation et à la gestion de ce bâtiment passif par ses occupants. Quelles tâches pourront être automatisées, quel contrôle laissé à la charge des occupants pour la gestion du bâtiment, par exemple concernant les apports solaires en période estivale, la ventilation, ou l’éclairage.

1ère partie: La Conception

Ce bâtiment d’une surface de 780 mètres carrés a été conçu pour accueillir le siège sociale d’une entreprise de 25 personnes. La majorité du volume du rez de chaussé est en open-space avec un espace séparé pour le repos, salon, petite cuisine, vestiaire, alors que l’étage comporte une partie bureaux et une partie open-space. Un deuxième bâtiment à destination de stockage (hors enveloppe thermique) est accolé au bâtiment passif et présente une surface de 990 mètres carrés.

La conception débute par l’architecture du bâtiment où nous avons dû jongler avec compacité et esthétisme. Le volume retenu forme un L dans lequel vient s’imbriquer en partie Nord un entrepôt de stockage lui même fortement isolé ce qui permet de renforcer thermiquement les façades Nord et d’éviter d’avoir sur ces façades le moindre vitrage sans pour autant dégrader l'esthétique. Seule les façades SUD qui comportent énormément de surfaces vitrées sont donc visibles.

Pour la gestion des apports solaires estivaux, la solution de débords de toiture ou casquettes s’est révélée peu performante sur ce bâtiment car ce dernier est haut et ses façades principales sont orienté Sud-Est et Sud-Ouest. La solution retenue a donc été des brises soleil à lamelles orientables dont l’efficacité n’est plus à démontrer.

La structure de l’enveloppe thermique est réalisée en béton banché isolé par l'extérieur avec 25cm de Neopor haute densité. La solution de fondation retenue est un radier intégral isolé par l'extérieur avec 26cm d’extrudé haute densité. Bien que cette solution de fondation soit structurellement moins adaptée selon les ingénieurs béton, elle se révèle la plus performante au niveau thermique.

La toiture plate non accessible est de même isolée par l'extérieur avec 30cm d’extrudé haute densité. Les acrotères sont aussi isolés par l'extérieur sur toutes leurs faces. Concernant les menuiseries extérieures, elles sont en bois / mousse PU / alu, triple vitrage, et posées en tunnel dans le voile béton et en applique contre l’isolant extérieur afin d’obtenir un pont thermique de mise en oeuvre proche du zéro.

La ventilation est réalisée par deux vmc double flux Paul à haut rendement (une par étage). Le réseau de distribution de vmc est entièrement isolé. Deux puits Canadien hydrauliques (à eau glycolée) sont posés à 1.5 mètre de profondeur avec des boucles de 145 mètres de long, chacune associée à une vmc. L’appoint de chauffage supplémentaire est réalisé par deux registres électriques de post-chauffage gainé sur chacune des vmc.La production d’eau chaude sanitaire se fait par un ballon d’eau thermodynamique.

Enfin, la toiture comporte 350m2 de panneaux solaires photovoltaïques ce qui fait de ce projet un bâtiment non seulement passif, mais aussi positif.

Un soin particulier a été apporté au éclairage entièrement réalisés en très basse consommation. De même pour les appareillages électriques qui ont été minimisés avec l’utilisation d’appareillages basses consommations, d’espaces d’imprimerie communs, de système de coupure lors des phases de non utilisation. Nous reparlerons de cette optimisation au cours de la deuxième partie de cette conférence.

Le résultat de cette conception soignée, interprété par le PHPP (PassivHaus Planning Package), aboutit à un besoin d'énergie de chauffage et rafraichissement de 10Kwh/m2.an soit tout à fait en respect des 15Kwh/m2.an maximum imposé par le cahier des charges Passivhaus. Concernant le besoin en énergie primaire, celui-ci est de 76Kwh/m2.an soit bien en dessous de la limite Passivhaus de 120Kwh/m2.an.

2ème partie: L’Utilisation

Destinée à un usage de bureaux, ce bâtiment est utilisé cinq jours par semaine de 8h à 19h par 25 employés et les dirigeants de la société qui l’occupent. Les utilisateurs travaillent à leurs bureaux et déjeunent en partie sur place.

L’ensemble des équipements électriques utilisés dans le bâtiment ont été sélectionnés en fonction de leur consommation électrique faible. Toutes les prises électriques du bâtiment sont pilotées par une domotique qui est programmée pour couper leur alimentation en dehors des périodes de travail de 8h à 19h. Des requêtes sont envoyées à l’ensemble des ordinateurs afin d’ordonner leur extinction en fin de journée lorsqu’ils ne sont plus utilisés. Ainsi, aucun appareil électrique, mis à part les VMC , n’est alimenté en dehors des périodes de travail.

Les luminaires sont à LED très basse consommation et la gestion est entièrement automatisée grâce à des capteurs de luminosité et des capteurs de présence. L’éclairage est donc actionné uniquement lorsque la luminosité est trop faible et qu’un utilisateur est présent.

Les VMC double flux, puits Canadien et l’appoint de chauffage sont aussi pilotés par la domotique et sont actionnés selon les scénarios définis, en fonction des besoins. Idem pour l’ouverture motorisée de certaines menuiseries en position entrebâillée pour la ventilation nocturne estivale.

Concernant les apports solaires, ils sont gérés par des brises soleil à lamelles orientables extérieures pilotés par le système domotique du bâtiment. Celle ci va orienter de manière optimale les lames des brises soleil en fonction de l’orientation du soleil, des températures de consigne recherchées, et de la luminosité souhaitée.

La domotique du bâtiment se charge aussi de mesurer des quantités de données telles que:

  • Températures extérieures / intérieures
  • Hygrométrie extérieure / intérieure
  • Température de l’air admise en entrée et sortie des puits Canadien
  • Concentration de CO2 intérieur
  • Consommation électrique de chaque poste de travail
  • Consommation électrique totale
  • Production d'énergie photovoltaïque
  • Quantité d’eau pluviale récupérée / consommée
  • Quantité d’eau consommée
  • etc...

Ces informations sont en premier lieu utilisées afin d’analyser la performance et l’efficacité énergétique du bâtiment. De plus, elles sont affichées sur un écran à l’accueil du bâtiment et aisément consultables par tout les utilisateurs et visiteurs. Pour pousser la démarche jusqu’au bout, la direction de l’entreprise a pris la décision de mettre une prime d’incitation énergétique qui récompense chaque mois l’économie énergétique des utilisateurs du bâtiment.

Ce sont là les différents aspects du projet qui seront abordés durant cette conférence, afin de découvrir ce qui fait que ce bâtiment passif à usage de bureaux promet de beaux scores d'efficacité énergétique, tout en offrant à ses occupants un confort et une atmosphère de travail incomparable!

Contribution par:
Philippe Axmann pour Vision Eco-Habitats

www.visionhabitats.fr

Encore une certification Maison Passive pour Vision Eco-Habitats

La Maison Passive France vient de décerner une nouvelle certification Maison Passive Approuvé pour une réalisation de l'entreprise Vision Eco-Habitats, spécialiste de l'habitat passif.

Cette réalisation d'architecture provençale traditionnelle achevée en 2012 affiche une performance thermique de 6kwh/m2.an! C'est environ 50 fois moins que la moyenne Française !!!

La Maison Passive, un Standard Mondial

Dans le monde entier, il est possible de construire des bâtiment passifs. Quel que soit leur emplacement, les maisons passives associent un extrême confort de vie avec des contraintes technologiques minimales, et surtout, une consommation énergétique particulièrement faible. Des bâtiments passifs ont été construits et ont tenu leurs promesses dans toute les régions du monde. C’est ce qu’ont démontré les nombreux concepteurs provenant des Etats Unis, du Canada, du Royaume Uni, de Chine, Corée, Suède, Espagne, France, Italie..., lors de la 16ème conférence internationale Maison Passive 2012, tenue à Hanovre du 4 au 6 Mai dernier.

Cette année, la conférence s’est concentrée sur l’adoption du standard Maison Passive à l'échelle mondiale. Une évolution actuellement promue à travers le projet PassREg (Passive House Regions with Renewable Energies) supporté et financé par l’Union Européenne. Ce projet a pour but d’aider les pays membres à atteindre la directive Européenne pour la performance énergétique des bâtiments. Un objectif fixé pour 2020.

La révolution énergétique passera nécessairement par la Maison Passive. Ce sera d’ailleurs le thème de la prochaine conférence internationale Maison Passive qui se déroulera à Francfort du 17 au 21 avril 2013.

Ce standard Maison Passive peut être appliqué à tous types de constructions, jusqu’aux hôpitaux, tels que ceux de Francfort et Cologne ou même des courts de tennis comme celui de Växjö en Suède, notamment présenté lors de cette dernière conférence.

La conception des bâtiments passifs se fonde sur le Passive Housse Planning Package (PHPP), qui est adapté à chaque zones climatiques du globe. Ce logiciel constitue l’outil principal de conception des habitats passifs efficients en énergie. Les résultats constatés sur les bâtiments réalisés, démontrent les énormes économies d’énergie que permettent ces constructions, tout en offrant un confort largement supérieur.

Documentez-vous sur la Maison Passive en consultant les sites :

- Association La Maison Passive France : http://www.lamaisonpassive.fr/spip/

- Association Passive House International : http://www.passivehouse-international.org/

- Institut Passive House : http://www.passiv.de/en/index.html

- 16ème Conférence Internationale Maison Passive : http://www.passivhaustagung.de/sechzehnte/Englisch/index_eng.php

- Actualités Maison Passive sur le Blog Maison Passive Constructeur : http://maison-passive-constructeur.fr/

- Constructeur spécialisé Maison Passive en France : http://www.visionhabitats.fr/index.php

Nouvelle Certification Maison Passive Pour Vision Eco-Habitats

Lors du salon Passi'bat 2011 à Paris, Vision Eco-Habitats s'est vue remettre un certificat Passivhaus de plus par Etienne Vekemans, Président de La Maison Passive France.

Réalisée en 2011 par la société Vision Eco-Habitats à La Ciotat (13), cette Maison Passive est maintenant officiellement certifiée par l'institut Passivhaus. Ce label donne une garantie au propriétaire de la performance thermique de son nouvel habitat.

Orienté Sud/Sud-Ouest, l'habitation est construite sur radier intégralement isolé. Les murs sont réalisés en bloc de coffrage isolés par l'extérieur. La partie toiture traditionnelle est isolée de 35cm de Ouate de Cellulose, alors que la partie toiture terrasse est isolée par l'extérieur en extrudé.

Coté ventilation double flux, c'est une machine Paul Novus 300 qui a été installée, couplée à un puits canadien à eau glycolé. L'eau chaude sanitaire est quant à elle produite par deux panneaux solaire thermique.

L'étanchéité à l'air obtenue au test à n50 est de 0,51 vol/h (pour 0,6 vol/h à 50 Pascal sur les bâtiments passifs).

L'étude thermique réalisée sous PHPP prédit une consommation de 9,3Kwh/m2 par an. Rendez vous après un an d'utilisation pour vérifier ce chiffre...

A Bruxelles et en Wallonie, construire « passif » deviendra bientôt une obligation !

En 2015, toute construction neuve à Bruxelles devra être passive !! En Wallonie, l'obligation prendra acte deux ans plus tard, en 2017. Dès lors, autant s'informer sans plus tarder sur un domaine encore nébuleux pour beaucoup d'entre nous.

L'un est architecte et a fait ses études à Saint-Luc à Bruxelles ; l'autre est ingénieur civil et a usé ses culottes à l'Université Catholique de Louvain. Ensemble, Benoît Vanden Breede et Jean-Paul Janssens ont fondé en 2001 « Responsible Young Architects », une SPRL chargée de promouvoir des projets d'architecture passifs (ou basse énergie). Dans leur bureau de Bruxelles, il leur arrive encore souvent de voir défiler des architectes qui ont besoin de conseils pour se lancer dans ce genre de construction. « Nous sommes un peu les emm… de service car nous les obligeons à augmenter les dépenses, ce qui réduit leur marge bénéficiaire…, sourit Jean-Paul Janssens. Mais dans l'ensemble, ça se passe bien… »

C'est que le concept est encore nouveau dans les mentalités en Belgique. « Il nous a été imposé par les réglementations européennes, explique ainsi notre interlocuteur. Une dynamique est en route, c'est incontestable, et elle oblige tout le monde à aller très vite. Les softwares informatiques se perfectionnent de jour en jour. Et puis, le passif deviendra bientôt une obligation puisque toute nouvelle construction à Bruxelles devra être passive à partir de 2015. Pour la Wallonie, ce sera à partir de 2017. »

Nous y viendrons donc tous un jour mais en attendant de comprendre toutes les subtilités de ces maisons de demain, une bonne information peut s'avérer cruciale. « Dans une maison passive, la ventilation mécanique contrôlée est prépondérante, poursuit Jean-Paul Janssens. Mais elle doit être entretenue. Tous les deux ou trois mois, il y a des filtres à nettoyer en fonction du degré de pollution et de l'endroit où l'on habite sinon une maison passive peut devenir malsaine. Ce n'est pas compliqué à faire mais les gens sont-ils prêts pour ça ? »

Autre critique qui revient souvent lorsqu'on parle de maison passive : puisque la température est régulée en permanence, mieux vaut ne pas ouvrir les fenêtres pour ne pas dérégler tout le système. « On peut continuer à ouvrir les fenêtres mais ça refroidira, ou réchauffera la maison, insiste-t-on chez les jeunes architectes responsables. Le fait est que dans une maison passive, le besoin de les ouvrir ne se fait absolument pas ressentir. C'est un argument finalement plus psychologique qu'autre chose. »

Pour Benoît Vanden Breede comme pour Jean-Paul Janssens, le doute n'est plus permis : nous devons tous construire demain des habitations passives ou très basse énergie. « Le but est de ne plus dépenser d'énergie fossile pour se chauffer, c'est tout de même un concept formidable, vous ne trouvez pas ?, disent-ils en chœur. Ce serait idiot de construire encore de manière traditionnelle car pourquoi se priver d'un logement où le chauffage est inutile, ou presque. Si l'on peut se contenter d'une simple chaufferette pour un appoint de chaleur épisodique, pourquoi refuser ? »

Reste que les coûts d'une maison passive sont plus élevés. Et le portefeuille, c'est encore ce qui motive le plus les candidats bâtisseurs qui ont parfois du mal à se placer dans une réflexion à long terme. « Le passif aujourd'hui ne coûte que 10 à 15 % plus cher, tempère Jean-Paul Janssens. Et cette différence va se réduire avec le temps car les façons dont on construit vont encore fort évoluer. »

Source : lesoir.be

Rappel sur les différents labels de construction

Tout d'abord il s'agit de distinguer les différentes valeurs de calculs pour l'énergie :

  • Energie utile (Eu) (ce qui sert vraiment)

Besoin énergétique brut, c'est-à-dire l’énergie nécessaire pour satisfaire un besoin. On inclut donc au calcul les différentes déperditions thermiques, le renouvellement de l’air, les ponts thermiques, et tous les apports thermiques (solaire, métabolique, machine).

  • Energie finale (Ef) (ce qui sera facturé)

C’est le besoin brute multiplié par le rendement de l’équipement de production par exemple le chauffage.

  • Energie Primaire (Ep) (représente le coût environnemental)

C’est le coût énergétique global. L’énergie primaire prend en compte l’énergie consommée et l’énergie qu’il a fallu dépenser pour obtenir  cette énergie.

Les différents Labels en France :

  • RT 2005 RT 2012

S’applique : aux bâtiments neufs, aux bâtiments de superficies importantes (≥1000 m2).

La réglementation thermique est une performance minimale légale à atteindre pour les constructions neuves.

  • Bâtiment tertiaire et logements en zone ANRU (28 octobre 2011)
  • Maisons individuelles et logements (01 janvier 2013)

Pour plus d’information : www.rt-batiment.fr

  • BBC-Effinergie

Le Label BBC-Effinergie est la suite logique de la RT2005,  en effet le 1er janvier 2013 le Grenelle de l’environnement a pour ambition de généraliser la norme sur les nouveaux bâtiments. Cela représente une baisse de la consommation estimée à un tiers de moins.

Le label BBC-Effinergie est un étalon pour la RT 2012 ; ce label évoluera avec la nouvelle RT vers les BEPAS (bâtiment passif) et BEPOS (bâtiment à énergie positive)

Ce label BBC est <=> classe A énergétique (modulé selon la localisation du projet)

Possibilité de majoration du PTZ et aides spécifiques de la région .

Pour plus d’information : www.effinergie.org

  • Minergie

Minergie est un label Suisse qui garantit la performance énergétique des bâtiments :

38 kWh/an/m² d’énergie primaire (chauffage, ECS et ventilation) en neuf et 60 kWh/an/m² en rénovation, tout en maîtrisant le niveau des investissements.

On compense des défauts du bâtiment par des équipements et des choix énergétiques.

Le référentiel de la certification Minergie s’applique aux bâtiments neufs ou existants :

  • Maisons individuelles
  • Logements collectifs et individuels groupés
  • Bâtiments d'enseignement
  • Immeubles de bureaux
  • Bâtiments publics...

Pour plus d’information :  www.minergie.fr/

  • Passiv'haus

Passiv’Haus garantit la performance énergétique des bâtiments avec un climat intérieur agréable en hiver comme en été sans installation de chauffage ou de refroidissement conventionnelles(pour bâtiment très optimisé : moins de systèmes) .

L’objectif général est de limiter la consommation à :

15 kWh/m²/an en besoin (utile) pour le chauffage,

120 kWh/m²/an en énergie primaire pour le chauffage, l’ECS, la ventilation, l’éclairage, les auxiliaires et l’électroménager.

Le référentiel PassivHaus s’applique aux bâtiments neufs ou existants (EnerPhit) :

  • Maisons individuelles
  • Logements collectifs et individuels groupés
  • Bâtiments d'enseignement
  • Immeubles de bureaux
  • Bâtiments publics...

Pour plus d’information : http://www.passiv.de

Source : http://www.excen.fr

Premier éco-quartier «passif» à Liège

Thomas & Piron et le bureau FHW Architectes ont remporté le concours lancé par la Ville et l’Université de Liège pour la construction d’un éco-quartier sur le site du Sart Tilman.

© Thomas & Piron

La Ville de Liège et l’Université de Liège ont récemment lancé un appel à intérêts pour la construction d’un éco-quartier sur le site du Sart Tilman. C’est Thomas & Piron, en partenariat avec le bureau FHW Architectes, qui a remporté le concours, annonce la société. La société de construction, qui s’apprête à se lancer dans la réalisation du projet dont les bâtiments seront construits selon les normes passives.
Cet éco-quartier, situé entre la ville de Liège et le site universitaire du Sart Tilman, s’inspire du concept du «développement durable», pointe Thomas & Piron : «Afin de limiter au maximum l’impact de ce quartier sur l’environnement, les logements seront construits selon les principes de la maison passive. Ce qui signifie que, grâce à une isolation renforcée et une excellente étanchéité à l’air, leur confort thermique sera supérieur aux normes actuelles et que leurs besoins en chauffage seront très limités (moins d’un cinquième de la consommation de la plupart des nouvelles constructions actuelles). La consommation énergétique de l’éco-quartier sera donc particulièrement faible.»
Ce premier éco-quartier à Liège «se caractérise par des espaces publics généreux et conviviaux, conçus dans un souci d’intégration et d’amélioration du contexte bâti avoisinant. Des espaces ouverts, tel un quai, créent des liaisons entre la ville et le site universitaire.»
Au niveau social, il se caractérise par une mixité sociale et des habitats intergénérationnels. Des maisons «kangourou» y seront construites : «Il s’agit de maisons composées de deux logements permettant une mixité intergénérationnelle (par exemple, une personne âgée au rez-de-chaussée et un jeune couple ou une famille à l’étage). L’objectif de ces maisons est d’une part de favoriser les contacts entre voisins, permettant les échanges et l’entraide intergénérationnelle. D’autre part, ces maisons permettent d’envisager l’habitat selon une approche évolutive. Au cours du temps, une famille n’a pas les mêmes besoins au niveau de l’espace. Les maisons kangourou sont conçues de manière à pouvoir adapter facilement les logements en fonction des besoins des occupants au cours du temps.»
Concrètement, cet éco-quartier sera composé de 27 maisons, 65 appartements, une maison de quartier, quatre petites surfaces commerciales, un établissement horeca et trois bureaux. La construction des unités se fera en trois phases : après des études d’incidences qui débuteront au mois d’août 2011, les travaux commenceront en avril 2013 après obtention des permis d’urbanisme pour terminer en novembre 2017.

Source : http://trends.rnews.be